Lettre du Maire ! Indigné

Nous venons tous de découvrir la nouvelle « Lettre du Maire de juin 2013 » dans nos boites aux lettres !
Et une nouvelle fois, je suis indigné des méthodes employées.
Madame le Maire souhaite mettre définitivement un terme aux rumeurs et désinformation.
Elle devrait pourtant savoir que la rumeur occupe le terrain de la non-information.

Quant à la dé-information dont elle  parle, nous nous en remettons à vous qui jugerez de cela !
 Mais il est vrai c’est que la majorité a durant le conseil municipal du 26 juin, tenté de mettre un terme à une affaire délicate. Affaire qui ne devait pas arriver à vos oreilles.
L’histoire commence il y a maintenant 11 ans. D’un côté le directeur de l’école maternelle Jean Jaurès qui occupe un logement communal. De l’autre côté, le premier maire adjoint aux finances qui oublie de lui demander un loyer. Cela pendant 11 ans ! Sauf que ces deux personnes n’en forment qu’une ! Notons aussi qu’au début de cette affaire le Maire de l’époque est aussi le directeur de l’autre école donc le collègue de l’enseignant...
Le maire démissionne, Madame Maggini prend les affaires de la commune en main, et les choses restent inchangées.
Cerise sur le gâteau : Le conseil municipal vote  tous les ans le montant des loyers des appartements communaux  loués à des enseignants en activités ou bien à la retraite. Proposition de l’adjoint aux finances à destinations de ses collègues. Alors que lui même ne paye rien…Si cela se passait dans une autre commune cela prêterait à rire. Tout ceci n’est qu’une erreur regrettable…. (c’est la réponse municipale) Une erreur qui coute cher à la commune, c'est-à-dire à nous tous. Pour la petite histoire durant le conseil municipal du  12  Avril 2013, Monsieur LAFON proposait une augmentation de nos impôts locaux.
Pour en revenir à la dernière lettre du Maire, après s’être perdue dans des explications incohérentes, Madame MAGGINI lance sa campagne pour les élections de 2014 !
Curieux support pour lancer sa campagne, elle se sert d’un évènement scandaleux, de la démission de son premier adjoint et utilise une nouvelle fois un support municipal pour tenter
de vous expliquer sa négligence. Aujourd’hui elle tente de justifier la démission de son premier Maire adjoint. Elle oublie de vous dire qu’avec les membres du Groupe « Villabé Ensemble » nous avions demandé non seulement la démission de Monsieur LAFON mais aussi sa propre démission lors du Conseil Municipal de Mai 2013.

C’est donc la première fois que nous apprenons qu’elle se représentera à nouveau devant les électeurs de Villabé. Au préalable, elle tente de noyer le poisson et d’apparaitre exigeante de probité, d’exemplarité...
Mensonges une nouvelle fois ! Où sont son exigence de probité et son exemplarité ?
Elle est aux commandes de notre commune depuis plus de 20 ans et il commence à régner un air nauséabond, une atmosphère délétère ou circulent des relents de lettres anonymes, des rumeurs…
Cette dernière “Affaire LAFONT” en est malheureusement un triste exemple. Mais est-ce bien la dernière ?
Il aura fallu à notre Maire deux Conseils Municipaux, cette lettre du Maire et un article dans le Parisien pour tenter de masquer aux Villabéens la vérité et les véritables enjeux. Car, les enjeux sont de deux ordres : la loi républicaine la morale républicaine!
S’agissant de la loi, nul n’est sensé l’ignorer ! A ce titre, Madame le Maire candidate à sa propre réélection  pouvait difficilement ne pas savoir. Elle avoue même ” avoir commis une négligence”, écrit-elle en réponse à notre injonction de démissionner. Elle a même été obligée de prendre un avocat. Tient combien ont coûté les prestations de cet avocat pour notre commune ?
S’agissant de la morale! Sans cette lettre anonyme dérangeante, l’ordre des affaires Villabéeennes auraient certainement continué jusqu’à la fin de ce mandat. Tout était bien organisé. Le premier Maire adjoint se charge des finances, ni vu ni connu.
Avec la découverte de ce premier scandale, c’est l’honneur de tous les conseillers municipaux qui est bafoué. Mais mise à part les fausses déclarations sans conviction sur l’honnêteté, la probité. Quel est donc le code de l’honneur à Villabé ?
Mercredi 26 juin, tous les élus de la Majorité, Front de Gauche compris ont validé les petits arrangements de Mme MAGGINI et elle en informe, sans gêne particulière, les Villabéens bien tardivement.
Ce fut un accouchement difficile après :
- Une lettre de dénonciation,
- Un premier conseil municipal où l’ordre du jour relatif à la régularisation de ces loyers non réglés a été supprimé en raison des tensions probable et palpables au sein même de son équipe.
- Une première injonction de notre groupe à démissionner (lire notre dernier tract )
- Le timide trac  du Front de Gauche habituellement plus virulent sur ce genre d’évènement.
- Un second Conseil Municipal pour que Mme MAGGINI prenne enfin la parole...

Dans un article du Parisien en date du 28 juin, Mme Le MAIRE ose déclarer qu'elle aurait eu vent de cette affaire en fin d'année 2012... "alors qu'elle souhaitait faire un point sur les logements communaux". Mais alors pourquoi attendre 6 mois pour régulariser, pourqu'elle raison laisser cette situation aux mains d'un Corbeau ?

Pourtant tout allait très bien pour Madame la Marquise...
Mais rassurons Madame le maire, Il n’y aura jamais de Calif à la place du calif. Il n’y aura qu’une nouvelle équipe, passionnée pour notre village et son avenir.

Montesquieu affirmait dans "l'Esprit des Lois" qu'« il ne faut pas beaucoup de probité pour qu'un gouvernement monarchique ou qu'un gouvernement despotique se maintiennent ou se soutiennent. Mais dans un Etat populaire, il faut un ressort de plus qui est la vertu ».